L’Europe des paiements est-elle...morcelée ?

L’Europe des paiements est-elle...morcelée ?

Actualité | 30/08/2018

Schemes domestiques, méthodes de paiement et usages locaux composent cette grande mosaïque qu’est l’Europe des paiements. Grâce à des initiatives et innovations locales qui cherchent perpétuellement à améliorer l’expérience d’achat, le consommateur se retrouve avec un choix confortable de méthodes de paiement, qu’il peut adopter ou abandonner à sa guise, assumant là le comportement nécessaire à sa liberté consumétrice. Lointaines sont les velléités d’hier de créer une unique méthode de paiement pan-européenne, alors que se confirme l’engouement du consommateur pour de nouvelles expériences.

Seulement voilà, satisfaire cet engouement à un prix, que connaissent bien les commerçants et les acquéreurs, une friction technique qui porte plusieurs noms : interopérabilité, connectivité, intégration. Car c’est un fait : s’il n’existe pas de moyen de paiement européen, il n’existe pas plus de standardisation des API et autres protocoles d’échange.

Nexo, seul, essaie à travers son écosystème de membres, de tendre à cette harmonisation européenne, par l’instruction d’un standard commun. Si l’adoption de Nexo est aujourd’hui une réalité, notamment pour un certain nombre de grandes enseignes françaises, force est de constater que le mouvement s’est heurté jusqu’à présent sur les murailles protectionnistes de quelques schemes domestiques, notamment en Europe du Sud.

Hormis donc l’exception Nexo (qui devrait théoriquement être la règle), la logique du paiement en Europe ressemble plutôt à ça : si vous voulez offrir tel ou tel moyen de paiement, alors vous devez implémenter son API ou son protocole spécifique.

A l’heure où acceptation et acquisition centralisées mobilisent une grande énergie chez les enseignes et les acquéreurs, voilà qui pourrait freiner quelques ardeurs, entre l’investissement lié aux coûts d’implémentation (parfois pour des volumes modestes), et un time-to-market difficilement tenable. Il faut alors pour bon nombre de commerçants prioriser certaines méthodes de paiement au détriment d’autres, quitte à prendre le risque d’y perdre des clients potentiels.

Conscient de ces difficultés, Monext propose « Monext Converter », le service facilitant la connectivité par abstraction des protocoles, simplifiant ainsi l’interopérabilité entre commerçants, acquéreurs et méthodes de paiement 3-coins.

A qui s’adresse cette offre ?

•          Tout d’abord aux acquéreurs désireux de pénétrer des marchés domestiques dans lesquels les protocoles locaux restent en vigueur. En convertissant le protocole local dans celui de l’acquéreur, Monext Converter permet l’ajout rapide de nouveaux pays dans le portefeuille de l’acquéreur.

•          Aux acquéreurs désireux d’ajouter Nexo à leur catalogue de services, sans toutefois se lancer dans les investissements correspondants. Là aussi, en convertissant Nexo dans le protocole natif, l’offre Monext lui permet de répondre favorablement aux demandes des grandes enseignes.

•          Aux grandes enseignes qui veulent adresser de nouveaux moyens de paiements privatifs, ou se connecter à divers acquéreurs en Europe, sans impacter leur système d’acceptation ou leur passerelle de paiement.

Monext Converter traite chaque année plusieurs centaines de millions de transactions. L’offre supporte tous les modes d’acceptation (e-commerce, proximité chip&pin, etc), tous les services de paiement, tous les modes de capture financière, un grand nombre de mécanismes cryptographiques (online PIN, card data encryption, etc), ainsi qu’un TMS pour certains protocoles.

Certifié PCI-DSS depuis 2010, Monext Converter est disponible en marque blanche.

Intéressé ? Contactez notre service commercial : sales@monext.net

 

 

 

 

 

 

Retour aux actualités